fbpx

Groupe Trouillet

Eco-conduite : habitudes et télématique sont les clés du succès

Eco-conduite : en échange d’ajustements d’habitudes et d’un suivi télématique, elle est source d’économies et de profit d’image auprès de sa clientèle.

Quand on entend ces termes on imagine des contraintes. Pourtant en se penchant sur le sujet on se rend compte que se cachent derrière ce terme des opportunités économiques non négligeables.

Qu’est ce que l’éco-conduite ?

Sur son site relatif à la sécurité routière, le Gouvernement la qualifie de conduite citoyenne. Dont les avantages sont de réduire la consommation de carburant, limiter l’émission de gaz à effet de serre et enfin de diminuer le nombre d’accidents sur les routes.

Il s’agit d’un ensemble de comportements et d’habitudes à adopter pour arriver à ce résultat.

Les réflexes de l’éco-conduite avant de prendre la route

Au niveau du transporteur plusieurs actions sont à effectuer pour favoriser une conduite économe.

Avant de songer au remplacement de toute sa flotte, l’Agence de la transition écologique recommande d’agir sur l’efficacité et la maintenance des véhicules.

Pour une meilleure efficacité

Par exemple il est possible de brider la vitesse maximum des véhicules ou d’installer un système « Stop & Start » qui éteint automatiquement le moteur à l’arrêt.

Ces deux solutions sont peu onéreuses et procurent des effets à court terme.

En solutions plus coûteuses mais plus simples à mettre en place, on recommande d’utiliser des lubrifiants plus performants. Ou bien de placer des éléments sur les véhicules qui permettent un meilleur aérodynamisme (types déflecteurs).

Enfin on complète ces mesures par d’autres options si on en a la possibilité.

Comme installer sur ses véhicules une climatisation performante.

Ou alors si on a une flotte de véhicules hybrides ou électriques, les privilégier pour les petites distances. A ce sujet le Groupe Trouillet a anticipé les transports routiers écologiques qui seront la norme de demain.

Entretenir pour plus économiser

L’Agence affirme que sur un poids lourd de 40 tonnes « une mauvaise optimisation de la maintenance peut générer une surconsommation de 2 litres / 100 km ».

En terme de maintenance les initiatives sont à prendre sur l’entretien des véhicules. En s’assurant que ces derniers soient faits régulièrement. Le Groupe Trouillet dispose, à cet effet, de 15 agences en France pour l’entretien, la réparation et la maintenance de véhicules.

De plus le Groupe Trouillet a mis en place, en ce sens, une gestion globale de flotte. Elle permet d’assurer un pilotage de maintenance par l’ensemble de la flotte ou par unité de véhicule.

Elle offre également une visibilité sur toute sa flotte concernant des items liés à la maintenance. Comme par exemple le kilométrage en temps réel, les filtrages des véhicules, les contrôles techniques ou encore les maintenances préventives à effectuer.

Optimiser les transports

Toujours dans une optique d’économie l’Agence fournit quelques recommandations sur l’organisation des transports.

Par exemple, et dans la mesure du possible, il est conseillé de mutualiser les commandes de plusieurs entreprises sur un même trajet.

Optimiser les chargements par véhicules pour ces derniers soient au maximum de leurs capacités aussi bien à l’aller qu’au retour.Enfin investir dans des solutions de télématique tels que des outils de suivi et de contrôle des chargements et des trajets.

Une fois en possession de ces informations ils est plus simple de repérer les leviers d’amélioration possibles.

Les bonnes pratiques sur la route

L’Agence de la transition écologique répertorie dans un communiqué les gestes simples à appliquer pour une éco-conduite.

Si certains s’appliquent exclusivement aux particuliers, d’autres peuvent très bien s’adapter au transport de marchandises.

Par exemple adopter une conduite souple permet des économies de carburant substantielles. Que ce soit en évitant les surrégimes et sous régimes ou en utilisant le frein moteur.

Le chauffeur peut aussi réduire sa vitesse de 10 km/heure et accepter une perte minime de temps sur le trajet pour une économie d’essence conséquente.

Couper le moteur à l’arrêt et utiliser la climatisation avec parcimonie constituent d’autres réflexes qui se ressentiront sur la consommation.

Bénéfices pour les acteurs du transport routier de marchandises

En premier lieu il y a un gain économique évident.

Toutes les recommandations d’une éco-conduite n’ont qu’un seul objectif direct : réduire  la consommation de carburant.

Une  étude réalisée par l’ONG Smart Freight Center met en avant une économie de 33 000 litres de carburant et de 104 610 kg d’émission de CO2 sur un an.

De plus certaines mesures impactent positivement l’usure des véhicules, permettant des frais de remplacement différés.

Ensuite, indirectement, le transporteur peut y voir un gain d’image auprès de ses clients.  La sensibilité écologique est de plus en plus au cœur des préoccupations.

Pouvoir, dans son bilan annuel, afficher une réduction tangible d’émission de CO2 placera le transporteur en entreprise éco-responsable.

Optimiser l’éco-conduite de sa flotte

Un facteur d’optimisation décisif est l’utilisation de télématique pour suivre  sur chaque trajet la consommation et les habitudes de conduites.

Dans le cadre de l’offre télématique proposée par Trouillet Services il est par exemple possible d’identifier le véhicule le plus proche d’une mission ou de suivre les consommations de carburant.

Elle permet également de challenger les conducteurs sur leurs habitudes de conduite en offrant la possibilité de suivre, entre autres, les mesures d’accélérations, indices de freinage et distances km / jour.

Le Groupe Trouillet accompagne les acteurs du transport de marchandises en accordant la plus grande importance à la recherche et aux enjeux de ce service.